59 AGIR POUR DES TEMPS ÉDUCATIFS DE QUALITÉ

Brest est une ville éducatrice. Nos écoles élémentaires et maternelles publiques accueillent aujourd’hui 7284 élèves. Nous voulons donner les moyens au corps enseignant et aux jeunes Brestoises et Brestois des établissements scolaires publics de la ville d’enseigner et d’étudier dans les meilleures conditions qui soient.

Nous souhaitons donc poursuivre le développement de temps périscolaires et extra-scolaires de qualité et accessibles à tous:

  • Renforcer la politique d’inclusion des enfants qui ont des besoins spécifiques.
  • Développement de parcs de jeux et de cours d’école environnementaux et non genrés, ludiques et qui permettent aux enfants d’expérimenter leurs cinq sens.
  • Mettre en œuvre des projets extra scolaires pour les 10/14 ans.
  • Maintenir la gratuité et l’égalité d’accès aux temps d’activités périscolaires.
  • Agir pour la sécurisation et la qualification des emplois du personnel intervenant sur tous les temps périscolaires.
  • Poursuivre les actions d’ouverture proposées par la ville aux enfants: aides aux projets d’écoles, orchestre Demos, résidences d’artistes en lien avec les écoles, etc.
  • Développer les liens et le travail en commun entre le réseau associatif, les équipements culturels, les structures scientifiques (Institut universitaire européen de la mer, IFREMER, Océanopolis, Pôle des Excellences maritimes), l’école et la ville autour de projets promouvant l’accès de tous et toutes à la culture, au sport, aux sciences ainsi que la préservation de nos écosystèmes.
  • Amplifier le travail permettant un accompagnement scolaire de qualité (aide aux devoirs…).

Il s’agira aussi de renforcer la place des parents dans l’éducation: semaine des parents, dispositifs permettant de mieux impliquer les parents dans le Projet Éducatif et citoyen, renforcement du rôle des mairies de quartier, élus et techniciens dans ce lien aux parents.

Sur le modèle des «lundis de la santé», nous promouvrons la mise en place de temps consacrés aux échanges entre parents, enseignants, pédagogues, spécialistes de l’éducation, animatrices et animateurs, associations de parents d’élèves, etc. Ces échanges permettront une meilleure compréhension mutuelle et un partage plus large des connaissances sur les sujets d’éducation.

60 AGIR POUR L’ALIMENTATION DE TOUS LES ENFANTS

Éviter le gaspillage alimentaire, lutter contre le surpoids, améliorer la qualité des repas, apprendre à découvrir de nouvelles saveurs… Ces enjeux sont au cœur des problématiques de l’alimentation durable. Nous souhaitons proposer à tous les enfants de nos cantines scolaires une véritable éducation à l’alimentation et à la saisonnalité des produits, pour leur permettre de manger à leur faim, sainement, et aussi de les responsabiliser dans leurs choix alimentaires.

Nous proposons d’abord d’étendre à toutes les cantines scolaires publiques le dispositif actuellement déployé dans plusieurs écoles publiques  « grande faim / petite faim ». Les enfants auront le choix entre deux jetons de couleurs (jaune ou bleu) afin que le personnel adapte les portions servies.

En parallèle, les enfants seront sensibilisés sur le tri : aidés de pictogrammes, les enfants pourront séparer eux-mêmes les déchets alimentaires, qui seront ensuite valorisés par compostage ou méthanisation. Un travail de pédagogie, avec la direction Écologie urbaine de la métropole, sera réalisé auprès de chaque classe et du personnel de restauration. Cette mobilisation pour permettre à tous les enfants de mieux manger sera aussi engagée avec les associations d’éducation populaire dans les équipements de quartier.

Chaque jour, pendant l’année scolaire près de 5600 enfants des écoles publiques ont accès aux repas préparés pour les cantines. Depuis longtemps et en lien avec la Maison de l’Agriculture biologique, la ville de Brest a fait le choix de s’engager à favoriser le bio et les circuits courts pour les ingrédients des repas. Aujourd’hui, plus de 60% de l’alimentation proposée est biologique, ce qui est un bienfait pour les enfants, mais aussi pour les producteurs locaux qui peuvent ainsi consolider leur activité. Les produits locaux, saisonniers et issus de l’agriculture biologique sont en progression constante dans les restaurants scolaires et dans les crèches de Brest. 

Nous passerons à 80 % dès 2022 et nous poursuivrons ensuite cette progression dans l’objectif de tendre à 100 % à moyen terme. Nous le ferons en renforçant encore les circuits courts, l’accompagnement des filières existantes et le soutien aux filières locales. Notre objectif dès 2022 est d'arriver à 80 % de produits bio, 80 % de produits frais et 80 % de produits issus de la production locale et de tendre vers le 100 % d’ici la fin du mandat.

A l'occasion de la fin de l'actuelle DSP, afin de définir le meilleur mode de gestion de la cuisine centrale et dans ce cadre, nous étudierons la possibilité de création d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC).

Le but est bien de travailler au maximum sur les circuits courts, avec la volonté d’accompagner les filières existantes, d’aider les producteurs locaux à se développer.

Nous nous efforcerons également de proposer dans nos cantines scolaires une alternative végétarienne parmi les repas proposés.

Nous souhaitons par ailleurs élargir la fourniture des repas, au même niveau de qualité que la restauration scolaire, à d’autres secteurs qui concernent des enfants : centres de loisirs, associations caritatives (Restos du Cœur, Secours catholique, Secours populaire, etc.).

En outre, la rénovation des restaurants scolaires sera poursuivie afin d’améliorer dans toutes les écoles publiques ces lieux qui, par leur aménagement, participent à faire de ce temps du repas un temps de respiration pour les enfants. La ville engagera également dans tous ses restaurants scolaires le remplacement durant le mandat des ustensiles et matériels afin de prendre plus en compte les enjeux de développement durable.

Nous souhaitons enfin que le temps de repas dans les écoles de quartier puisse être l’occasion de temps intergénérationnels, qui permettront à des personnes âgées de venir déjeuner au restaurant scolaire. Une telle initiative permet aux plus âgés d’oublier leur solitude et d’échanger avec les nouvelles générations, le tout à la cantine.

61 PERMETTRE AUX JEUNES BRESTOIS ET BRESTOISES DE PARTIR EN VACANCES

En France, un enfant sur trois ne peut pas partir en vacances. Afin de rendre effectif le droit aux vacances pour tous, nous souhaitons augmenter le soutien de la ville pour les départs en vacances d’enfants brestois, organisés en lien avec les partenaires de la ville (MPT, PL, CS). Nous souhaitons également soutenir financièrement les projets de classe délocalisées portés dans les établissements scolaires de la ville (classes de mer, classes vertes, etc.).