Les 3 propositions du 13 décembre

dans Transition écologique et Solidarité, le 13 décembre 2019 | 0 commentaire

IMG_20191213_192015.jpg

« Nous proposons une vaste mobilisation territoriale de transition écologique dont l’impulsion politique pourrait se traduire dans une COP21 locale. Celle-ci regrouperait des représentants de tous les acteurs du territoire (citoyens, communes de la métropole, élus et administrations, entreprises, chercheurs, associations et syndicats) avec le soutien de l’ADEME et des associations environnementales. Elle pourrait couvrir tous les champs de l’action publique : logement, mobilités, aménagement, agriculture – y compris urbaine –, économie, santé, bien-être citadin, etc.

Afin de garder la même organisation qu’au niveau international, un GIEC local serait créé afin de définir et d’orienter les décisions et d’en assurer le suivi quantitatif et qualitatif. Il s’appuierait sur l’UBO, l’IFREMER, le conservatoire botanique, l’IUEM, etc. Enfin, un conseil d’évaluation de la transition à la composition mixte et paritaire s’assurerait de la transparence et de la sincérité de la démarche. »

"Nous proposons de créer plusieurs îlots de verdure et de biodiversité à Brest, d’ici à la fin du prochain mandat.

Le premier d’entre eux pourrait être créé sur le terrain de la Caserne du dépôt, libéré par la Marine, et proche des Capucins. Mais sur le quartier Siam, nous pouvons aussi, avec les habitants, créer des ilots de biodiversité. Enfin, il faut mieux valoriser les parcs urbains déjà existants, mieux les relier entre eux, utiliser par exemple les « banquettes », ces espaces inutilisés par la Marine, en contrebas du boulevard Jean Moulin."

"Il faut repenser une tarification solidaire plus ambitieuse des transports en commun de la métropole, sans doute en direction des enfants ou des étudiants les plus précaires. Il est intelligent de réfléchir à l’accès libre à celles et ceux qui, compte tenu de leur âge, ou de leurs faibles revenus utilisent peu ou pas notre réseau de transports en commun."

« Je propose que nous ouvrions un lieu d’accueil permanent pour les femmes et les enfants victimes de violence, en centre-ville. Avec nos partenaires, engagés de longue date (Emergence, le CIDFF, l’Adi, Parentel), nous y regrouperons les services spécialisés dans l’accueil des femmes, dans l’écoute des enfants, de leurs parents, dans l’accompagnement psychologique et matériel des victimes de violences. Ainsi accompagnées, elles pourront bénéficier d’un meilleur accès à leurs droits, pour ne pas rester victimes et passer ce cap difficile. »