À BREST, LA TRANQUILLITÉ PUBLIQUE EST UNE PRIORITÉ QUOTIDIENNE

dans Tranquillité et sécurité, le 13 décembre 2019 | 0 commentaire

 

ÊTRE AUX CÔTÉS DE LA POLICE NATIONALE POUR PLUS DE SÉCURITÉ

Les bureaux de police dans les quartiers sont des services publics essentiels pour les habitantes et habitants. Depuis 2014 nous avons donc effectué d’importants travaux dans ceux de Lambézellec et de Bellevue avec l’enjeu d’améliorer l’accueil des habitant.e.s et les conditions de travail au quotidien des fonctionnaires de police. Nous avons aussi investi dans du matériel pour la police et nous engageons actuellement, pour près de 450 000 euros, la rénovation des locaux des policiers de la brigade canine et la construction d’un nouveau chenil.

La ville de Brest prend en charge des vacations de médecins au commissariat les jeudis, vendredis et samedis soir pour éviter le passage obligatoire aux urgences de l’hôpital lors d’interpellations pour ivresse sur la voie publique. Grâce à ce système, ce sont chaque année plus de 1 200 heures supplémentaires de présence policière dans la ville la nuit. En lien avec Bibus des agents de sécurité sont présents en soirée dans les tramways ainsi que sur les stations Liberté / Strasbourg en fin de semaine. Enfin, des agents de sécurité sont présents dans le 1er tram les vendredis et samedis matin. Une équipe mobile d’agents de sécurité intervient, par ailleurs, en soirée auprès des chauffeurs, partout sur le réseau de transports. Notre objectif : rendre la vie nocturne plus sereine.

En journée la ville renforce la présence de ses agents assermentés et de ses médiateurs urbains en lien et complémentarité avec la police nationale : repérage des voitures abandonnées sur l’espace public, sanction des stationnements gênants, en particulier sur trottoirs et passages piétons, présence dans les quartiers. À cet effet, nous avons augmenté le nombre de médiatrices et de médiateurs et élargi leurs horaires d’intervention. Pour renforcer leur capacité d’intervention sociale sur l’espace public, nous avons aussi développé le nombre d’agents qui travaillent au point Kerros sur les situations de détresse sociale en ville.


PRÉVENTION ET SÉCURISATION POUR RÉDUIRE LES RISQUES

En matière de répression et de sanctions, la loi a donné l’essentiel des responsabilités à l’État au travers de la police nationale et de la justice. Les actions de proximité que nous avons mises en œuvre durant le mandat en matière de tranquillité et de sécurité publiques couvrent un large spectre d’intervention et favorisent la pleine complémentarité des actions de la ville avec celle de l’État :
- plus de présence humaine sur la voie publique afin de renforcer les actions de médiation et de tranquillisation,
- sécurisation des lignes de transports en commun et des bâtiments publics grâce aux alarmes et aux caméras vidéos,
- réaménagement et sécurisation de l’espace public,
- plus de prévention dans les établissements scolaires,
- renforcement de l’accompagnement des publics les plus en difficulté par l’équipe d’éducateurs spécialisés du point Kerros,
- travail sur les mineurs étrangers en errance avec des éducateurs spécialisés, à l’initiative de la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse),
- mise en place du rappel à l’ordre par le maire pour les mineurs auteurs d’incivilités en lien avec le procureur de la République,
- soutien financier à l’association Émergence d’aide aux victimes,
- mobilisation sur les actions de lutte contre les violences dans les familles,
- plan alcool : 150 partenaires engagés sur cinq ans pour diminuer les effets de cette addiction,
- arrêtés municipaux sur la vente et l’interdiction de consommation d’alcool sur l’espace public,
- poursuite des actions de santé sur les sujets des autres addictions,
- travail à partir de marches exploratoires pour améliorer l’espace public pour les femmes et notamment les étudiantes.